Posée, postée loin de tout, je demande.

Pourquoi tout en moi se ressemble et jamais ne se rassemble, pas même une fois seule ? éparpillé dans chaque creux et chaque coin pillé, chaque tréfond-prison. Je me plains trop, chuchotent mes voix. Trop pour si peu, et trop pour trop de combats.

Pas d'autographes, merci

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< On ne peut décemment pas... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... traire une vache morte. >>

Créer un podcast