Tous avancent, bien rangés, bien casés, encastrés dans la cadence entre le matin et le lendemain et c'est tout ce contre quoi je lutte, contre quoi je butte, trébuche à chaque pas, tombe et y écorche mes genoux, les mains couleur gravier, à fuir sans fin, à m'enfuir très loin en espérant, en suppliant que tout reste dans mon dos, se colle aux autres et à leur peau, oublie la mienne, par pitié, me la laisse vaine et abîmée.

Pas d'autographes, merci

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< On ne peut décemment pas... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... traire une vache morte. >>

Créer un podcast