Je ne sais pas m'arrêter. 

C'est un de mes problèmes, de mes emblèmes.
Pareil quand je fuis, quand je ploie, quand je combats. J'enfile tout ce qui me passe sous les poings et par le nez, affamé de lutte pour oublier celles qui dans ma tête font rage au bon vouloir de mes tempêtes, au gré de mes naufrages.

Prends tes médocs, tes médocs, tes médocs, tes médocs.
Bordel, Mave ! prends tes putain de médocs. 

Pas d'autographes, merci

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< On ne peut décemment pas... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... traire une vache morte. >>

Créer un podcast