Il m'aurait fallu.

Mourir avant mes 18 ans, comme attendu, comme tant voulu.

Pourtant, je te regarde dans l'heure d'été, longue et calme comme un jour sans drogue, et je tire sur mon verre en me répétant que ce n'est pas si mal de vivre le jour, de vivre tout court.

Je ne te regrette pas mais il me faudrait un peu d'avant, de ces années de lits et de vodka qui faisaient de mes chutes une dernière fête. Désormais, je me sens dimanche chaque heure à ne pas boire et je réponds ça va, ça va, bien sûr que ça va parce que c'est tout ce qu'il y a à faire avec vous tous et rien ne hurle dans vos têtes toutes lisses alors que la mienne, la mienne...

http://mavangelle.cowblog.fr/images/77dca13d7d7ec08517a23ef479f91bd7.jpg

Pas d'autographes, merci

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< On ne peut décemment pas... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... traire une vache morte. >>

Créer un podcast